Publié par Laisser un commentaire

Ma check-liste pour décrypter l’étiquette nutritionnelle

4 points d’attention – simples et pratiques (suite de l’article « Comment lire une étiquette nutritionnelle »)

Quand on veut sélectionner soigneusement des aliments et faire le choix entre différents produits, il faut se référer à l’étiquette nutritionnelle. C’est souvent là que les problèmes commencent…

Découvrez dans cet article comment repérer rapidement les informations importantes dans une étiquette nutritionnelle et comment les utiliser !

Comme nous l’avons vu dans mon article précédent (lien), l’étiquette nutritionnelle est composée de deux parties distinctes. Il y a la liste des ingrédients et le tableau des valeurs.

Quand j’analyse un produit, je vais commencer par m’intéresser à la liste des ingrédients qui est à mon avis la source d’information la plus importante. Elle permet de comprendre les chiffres inscrits dans le tableau des valeurs.

Par ailleurs, il faut toujours prendre un peu de recul par rapport aux chiffres et se mettre dans le contexte du produit et de sa consommation. On ne va ainsi pas analyser tous les produits de la même manière. 

Il est normal de trouver beaucoup de sucre dans une confiture. De plus, on en mange une petite quantité à la fois. Par contre, je vais être plus critique quand je trouve du sucre dans un yaourt qui pèse 150 g ou dans une soupe de 5 dl…

Voici ma check-liste pour décrypter l’étiquette nutritionnelle de manière simple et pratique :

1. La présence d’un label de qualité

Un label représente un standard de qualité pour le consommateur et un cahier des charges à respecter pour le producteur-fabricant. Bien entendu, la présence d’un label sur l’emballage ne signifie pas que c’est nécessairement le meilleur produit (un aliment labellisé « bio » peut ainsi contenir beaucoup trop de sucre) mais il donne des informations utiles.

Il y a aussi des initiatives gouvernementales pour aider les consommateurs comme le « Nutri-Score » en France ou le « Traffic Light » en Angleterre qui donne une évaluation du produit sous la forme d’un code couleur.

2. Le nombre d’ingrédients indiqués sur la liste

Privilégiez les produits dont la liste d’ingrédients est la plus courte possible. C’est un bon indicateur sur la qualité d’un produit.

3. La qualité des premiers ingrédient de la liste

Étant classés par ordre d’importance décroissante, les premiers ingrédients sont donc les composants principaux du produits. Quand vous découvrez que l’ingrédient principal de votre muesli préféré est le sucre, cela donne à réfléchir, n’est-ce-pas ? Un muesli de qualité devrait principalement contenir des céréales. Pour une pâte à tartiner à base de noisettes, cela me pose un problème quand les principaux ingrédients sont du sucre et de l’huile. Soyez exigeants ! 

4. Des ingrédients spécifiques à éviter

Les additifs alimentaires

Ce sont tous ces ingrédients mystérieux désignés uniquement par un code alpha-numérique. Il s’agit des exhausteurs de goût, des colorants, des agents conservateurs et des agents texturants. Ces substances sont ajoutées aux aliments pour les « améliorer ». On veillera naturellement à privilégier les produits qui en contiennent le moins possible.

Les plus connues sont par exemple l’aspartame (E951), le sorbitol (E420) ou le glutamate de sodium (E621)

Certaines substances sont jugées sans risque, d’autres sont sujettes à controverse et certaines sont dangereuses voire interdites.

En cas de doute, je vous recommande le site public français « quechoisir.org » qui liste tous les additifs et leur donne une appréciation.

Les huiles végétales hydrogénées ou partiellement hydrogénées

La mention de ces huiles recomposées artificiellement indique la présence d’acides gras trans, une famille de graisses beaucoup plus dangereuse que les lipides saturés indiqués dans le tableau des valeurs. La position de ces ingrédients dans la liste est une indication précieuse sur la qualité du produit. Idéalement, il faudrait éviter les produits contenant des graisses trans.

Les allergies

En cas d’allergies, il faudra bien entendu consulter la liste des ingrédients ou la rubrique dédiée pour s’assurer que le produit convient à la consommation et qu’il ne présente pas de risque. 

Conclusion

On a tendance à se focaliser sur certains chiffres (les calories, le sucre) alors que ces chiffres, même s’ils sont importants, n’ont de valeur que si on les remet dans la perspective des ingrédients utilisés et dans le contexte de consommation.

En conclusion, je vous recommande d’utiliser les étiquettes nutritionnelles pour :

1. Comparer deux produits similaires et sélectionner le meilleur.

2. Éliminer les produits trop mauvais selon vos critères (sucre, gras, calories, additifs, etc).

Avez-vous lu mon premier article sur l’étiquette nutritionnelle ?

Cet article vous a plu? Vous souhaitez un accompagnement complet sans avoir à décrypter les étiquettes alimentaires? Je vous propose des programmes clés en main : conseils, menus, recettes et sport directement dans la boutique.

Et pour plus de conseils et d’astuces au quotidien, rejoignez-moi sur instagram, j’y suis active au quotidien. Sans oubliez la chaîne youtube qui vos proposes de nombreuses petites vidéos. 

A bientôt! 

@petitcriquethealthy

Laisser un commentaire